Dakar, 7 mai (APS) – Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, a adressé ses « chaleureuses félicitations » et vœux de réussite à Emmanuel Macron, suite à son élection à la présidence de la République française, dimanche.
« Je suis heureux de vous adresser mes chaleureuses félicitations suite à votre victoire aux élections présidentielles françaises », écrit-il dans une « lettre de facilitation » adressée au président élu français, leader du mouvement « En Marche ! ».
« J’y ajoute mes vœux les meilleurs de bien-être et de réussite dans l’exercice de vos éminentes charges au service de vos compatriotes », peut-on lire dans cette lettre dont copie a été transmise à l’APS.
« Je me réjouis à l’idée de poursuivre et de renforcer avec vous’’ les ‘’liens privilégiés » entre le Sénégal et la France, deux pays liés par « de solides relations d’amitié conviviale et de coopération multiforme, fondées sur des valeurs partagées et une confiance mutuelle », écrit Macky Sall.
Emanuel Macron, 39 ans, a été élu président de la République, avec plus de 65% des suffrages, dimanche, à l’issue du second tour de la présidentielle française qui l’opposait à Marine Le Pen.
M. Macron, ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée (sous la présidence de François Hollande) et ex-ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique dans le gouvernement de Manuel Valls, est né le 21 décembre 1977 à Amiens.
Il a étudié à l’ENA avant d’intégrer en 2004 à l’Inspection générale des Finances. Deux ans plus tard, il adhère au Parti socialiste.
De la fonction publique française, il se met ensuite en disponibilité en 2008 et entre chez Rothschild & Cie comme banquier d’affaires. Il quitte ensuite cette banque en 2012 pour devenir secrétaire général adjoint de l’Élysée.
Il fonde, en avril 2016, le mouvement politique « En marche ! », qui se veut transpartisan, avant de démissionner du gouvernement le 30 août de la même année, pour se consacrer à son nouveau mouvement et à sa campagne pour l’élection présidentielle de 2017.
Sa candidature avait été notamment soutenue notamment par le centriste François Bayrou (MoDem), et les socialistes Bertrand Delanoë (ancien maire de Paris) ainsi que Manuel Valls, ancien Premier ministre battu à la primaire de la gauche.

BK