Khalifa Ababacar Sall est un ancien ministre sous Diouf, ancien député. Il est actuellement maire de Dakar (en prison).

22 mars 2009 : La coalition Benno Siggil Senegaal remporte les Locales. Khalifa Sall devient maire de Dakar.

22 mai 2009 : il fait sa déclaration de patrimoine devant un jury d’honneur.

16 septembre 2009 : Wade, qui avait promis de ne pas mettre de bâton dans les roues de Khalifa,  ouvre une information judiciaire contre le maire de Dakar pour mettre la lumière sur l’achat de terres destinées à recaser les marchands ambulants déplacés par la mairie de Dakar. Elle ne verra jamais le jour puisque Wade va, par la suite, surseoir à sa décision et promet d’aider même financièrement le maire de Dakar.

7 mars 2017 : Il est placé sous mandat de dépôt par le régime de Macky Sall pour détournement de deniers publics.Beaucoup y voient une manière d’écarter un concurrent de Macky Sall à la Présidentielle de 2019.

N’hésitez pas à compléter cette page dansle but de l’enrichir ou de corriger des données erronées.

9 + 8 =

En 1995, il obtient son premier poste ministériel sous Diouf. Le bilan des 40 ans de Pouvoir du parti socialiste se résume par une bonne situation macro-économique avec des indicateurs au vert (inflation, croissance, dette, etc) selon Khalifa Sall. Pour lui, les 20 ans d’ajustement structurel ont fait perdre le Pouvoir au parti socialiste. après 2000, il s’éclipse de la scène politique pour aller faire de la consultance à l’étranger.

En 2008, on note une radicalisation  du responsable socialiste. Pour lui, Wade ne comprend pas c’est quoi une opposition républicaine; tout ce qu’il comprend c’est le langage de la rue et le rapport de force soutient-il.

Khalifa Sall maire de Dakar

Sur 94 conseillers, 81 ont voté pour Khalifa et 11 pour Imam Mbaye Niang.

Dakar propre sans ordure : il fera face aux éboueurs et aux marchands ambulants avec des opérations de déguerpissement dans son objectif de rendre Dakar une ville propre.

Déclaration de Patrimoine 

Devant un jury d’honneur composé de religieux, de membres de la société civile de syndicalistes , il déclare ses biens et avance que

l’acte n’a rien de politique (…) qu’on y voit aucun calcul politique ou politicien. C’est une intime conviction que nous posons. Il s’agit pour nous de promouvoir une nouvelle gouvernance politique et démocratique.

La déclaration été jugée courageuse par le jury qui  invite les politiques à faire de même.

30 DEC. 2017 : KHALIFA SALL EXCLU DU PS

Dakar, 30 déc (APS) – Le bureau politique du Parti socialiste (PS, majorité) a annoncé samedi l’exclusion de 65 personnes des rangs de la formation socialiste, dont le maire de Dakar Khalifa Sall.

Cette décision a été voté « l’unanimité » des membres du bureau politique présents à cette rencontre, a rapporté le porte-parole du PS Abdoulaye Wilane, dans des propos rapportés par plusieurs médias sénégalais.

 
Barthélémy Dias, le maire de Sicap-Mermoz ainsi que Bamba Fall, l’édile de la Médina, deux communes d’arrondissement de la capitale sénégalaise font partie des personnalités exclues.
 
Avec Aissata Tall Sall, maire de Podor (nord), Idrissa Diallo, celui de Dalifort (banlieue dakaroise), et Banda Diop, l’édile de la commune d’arrondissement de la Patte d’Oie (Dakar), sont également concernés par cette décision.
 
Ils sont tous considérés comme des proches ou soutiens du maire de Dakar et ne sont plus autorisés à se revendiquer du Parti socialiste, selon son porte-parole.
 
Sur les ondes de la Radio futurs médias (RFM, privée), Banda Diop a jugé cette décision nulle et non avenue, assurant que ses camarades et lui se considèrent comme « des socialistes de valeur » et les héritiers de Léopold Sédar Senghor, fondateur de leur parti.
 
 

BK

 
15 MAI 2017 : KHALIFA SALL REFUSE DE RECEVOIR SES VISITEURS EN PRISON
L’Observateur met en exergue la décision du maire de Dakar, Khalifa Sall, de ne plus recevoir des visiteurs à la prison de Rebeuss, où il est incarcéré pour un présumé détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard de francs CFA.
 
« Khalifa boude le parloir », titre le journal, en donnant « les raisons de la colère noire » du maire de la ville de Dakar. Il renseigne que le nombre de visiteurs auquel a droit le maire de Dakar, est passé depuis lundi, de 20 à 10, et ce, tous les lundis.
 
Mieux, poursuit L’Observateur, « le premier magistrat de la ville de Dakar qui recevait ses visiteurs en contact direct, devra dorénavant [les] recevoir […] au parloir de la prison de Rebeuss, à l’instar de tous les détenus de droit commun ».
 
« Khalifa Sall se mutine à Rebeuss… », écrit en une Vox Populi, soulignant qu’ »il refuse les visites après que l’administration pénitentiaire a réduit le nombre de 20 à 10 personnes par jour et interdit l’accès aux politiques ».
 
Pendant ce temps, relève ce journal, « … ses femmes bloquent le Boulevard de la République ». Selon Vox Populi, « 18 partisanes du maire de Dakar ont manifesté à quelques mètres du ministère de l’Intérieur en se couchant sur la route avant d’être interpellées par la police puis libérées ».
 
Durcissement des conditions de détention du marie de Dakar, « Khalifa Sall se fâche », fait savoir L’As, ajoutant qu’ »il refuse de recevoir aux parloirs ». Le journal écrit que « Soham Wardini+ la première adjointe au maire de Dakar+ fond en larmes en prison ». Il signale que « 17 de ses camarades ont été arrêtées hier [lundi] par la police avant d’être finalement libérées ».
 
La Tribune relève que « le maire de Dakar [est] soumis à un régime de rigueur ». « Isolé, Khalifa renonce à tout », titre le journal, informant par ailleurs que 19 femmes soutiens du maire (ont) été arrêtées puis libérées.
 
« Comme les femmes de +Tallaatay Nder+, les amazones pro-Khalifa ont joué +Altiney Ndakarou+ », écrit en une Le Témoin quotidien, expliquant qu’elles ont manifesté par surprise devant le ministère de l’Intérieur, à quelques encablures du palais de la République. Les 18 manifestantes ont été arrêtées puis libérées tard dans la soirée, informe le journal.
 
Relatant cette manifestation pour la libération de Khalifa Sall, Le Quotidien titre : « Les femmes au front ». Le quotidien du Groupe Avenir Communication évoque plus d’une dizaine d’interpellations. Sud quotidien parle de son côté de la prolongation de l’affaire Khalifa Sall aux abords du Palais, soulignant que 19 femmes de Taxawu Dakar ont été arrêtées puis libérées vers 23h.
 
7 MARS 2017 : PLACEMENT SOUS MANDAT DE DÉPÔT DE KHALIFA SALL
Dakar, 8 mars (APS) – Les quotidiens reçus mercredi à l’APS commentent largement le placement mardi sous mandat de dépôt de Khalifa Sall et de ses co-prévenus dans l’affaire de la caisse d’avance de la Mairie de Dakar.

Le maire de Dakar et cinq de ses complices présumés sont poursuivis pour association de malfaiteurs, détournement de deniers publics, escroquerie portant sur des deniers publics et blanchiment de capitaux.

« Khalifa Sall écroué à Rebeuss…avec 5 de ses complices », informe Vox Populi, indiquant que la nouvelle est tombée comme un couperet pour les partisans de l’édile de la capitale.

Le journal précise que Khalifa Ababacar Sall a été inculpé et placé sous mandat de dépôt mardi, au terme de son face-à-face avec le Doyen des juges d’instruction.

« Plus chanceux, Ibrahima Touré (actuel percepteur) et Mamadou Oumar Bocoum (ancien percepteur) ont été placés sous contrôle judiciaire, après leur inculpation », ajoute Vox Populi.

Libération écrit que « le Doyen des juges décime la mairie » et annonce que le maire de Dakar, le directeur de cabinet, le directeur administratif et financier (DAF), le chef de la division financière, le patron de l’inspection générale… sont en prison ».

A en croire ce journal, les avocats de Khalifa Sall ont plaidé pendant plus de deux heures dans le bureau du Doyen des juges d’instruction, pour lui éviter la prison.

« Des plaidoiries qui n’ont eu d’effet puisqu’il a été placé sous mandat de dépôt pour détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard de francs CFA, escroquerie aux deniers publics, complicité de faux en écriture de commerce, faux en écriture publique et blanchiment de capitaux », écrit-il.

Pour Libération, « si ce délit a été ajouté, c’est que le parquet le suspecte d’avoir utilisé les fonds présumés détournés pour consolider son patrimoine. Ce que rejettent ses avocats qui dénoncent une liquidation politique ».

Malgré leur contestation, le maire de Dakar, Khalifa Sall, et cinq de ses collaborateurs ont été placés sous mandat de dépôt pour détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard de francs CFA, renchérit Enquête.

« Seuls les deux anciens percepteurs inculpés dans cette affaire ont échappé à la prison, puisqu’ils ont été placés sous contrôle judiciaire. En attendant que le juge termine son instruction, Khalifa Sall continue de clamer son innocence en parlant de cabale politique », mentionne le journal.

« Khalifa Sall au gnouf ! », s’exclame le Témoin Quotidien qui relève que le maire de Dakar rejoint Bamba Fall et compagnie à Rebeuss en attendant que Barthélémy Dias les retrouve. Pour sa part, La Tribune écrit que « Macky dépose Khalifa à Rebeuss », notant qu’il n’est donc pas sorti libre de son face-à-face avec le Doyen des juges d’instruction.

WalfQuotidien indique lui aussi que « Macky envoie Khalifa en prison ». Le journal illustre ainsi sa manchette avec la photo du présidant Sall souriant en médaillon et celle du maire de Dakar, l’air dubitatif, avec en arrière-plan la porte d’entrée de la Maison d’arrêt de Rebeuss, où il vient de passer sa première nuit, après son inculpation par le Doyen des juges d’instruction.

Ecroué pour escroquerie, détournement de deniers publics, association de malfaiteurs, … « Khalifa consigné à Rebeuss », relève le Quotidien qui précise que cinq de ses collaborateurs sont en prison avec lui. La défense dénonce de son côté « une instrumentalisation de la justice », ajoute le journal.

L’Obs pour sa part revient sur « les détails du face-à-face entre Khalifa Sall et le Doyen des juges d’instruction », tandis que Sud quotidien fait un jeu de mots en titrant : « Khalifa dans la caisse ».

Ce journal renseigne que le placement sous mandat de dépôt du maire de Dakar a été décidé, « à l’issue de plusieurs contestations sérieuses ». Il signale néanmoins que « les exceptions soulevées par la défense n’ont pas pu convaincre le Doyen des juges qui a suivi le réquisitoire du procureur de République ».

Khalifa et ses collaborateurs écroués, « Dakar se révolte », écrit L’As qui signale des émeutes à Grand-Yoff et à la Patte-d’oie.

COLLECTE DE FONDS POUR LIBÉRER KHALIFA SALL

Extrait Journal SUD FM 22H du 22 août 2017.

JUSTIN REBAPTISE L’APR COMME L’ALLIANCE DE LA PAGAILLE ET DE LA RACAILLE

Babacar Justin Ndiaye se prononce sur l'Affaire Khalifa Sall, la coalition MANKO,et la mutinerie en Côte d'Ivoire  - Il était l'invité du 20h de la TFM avec Antoine Diouf.