LA CONFIRMATION DE LA VICTOIRE DE BBY À DAKAR EN VEDETTE

Dakar, 3 août (APS) – La confirmation de la victoire de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY, majorité) aux législatives de dimanche dernier à Dakar, est le principal sujet de la livraison de jeudi de la presse quotidienne.
« Pari réussi pour Amadou Bâ », tête de liste départementale de BBY dans le département de Dakar et ministre de l’Economie, des Finances et du Plan dans l’actuel gouvernement, affiche par exemple le quotidien Libération.
La commission de recensement des votes « a confirmé hier » mercredi « la victoire de Benno Bokk Yaakaar à Dakar. En projection, les résultats provisoires laissent croire que la majorité va se retrouver avec 125 députés », écrit le journal.
La « coalition gagnante/Mankoo Wattu Senegaal », dont l’ancien président Abdoulaye Wade était la tête de liste nationale « vers 12 députés, Manko 08, le PUR 03, Baldé 02. Fait insolite : 4 députés aux 42 coalitions restantes », ajoute Libération.
Enquête, également, signale que la commission départementale de recensement des votes de Thiès « a confirmé (…) la victoire de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) qui arrive en tête » des législatives de dimanche, « avec 80.336 voix contre 51.955 pour son concurrent direct, la coalition Mankoo Taxawu Senegaal ».
Malgré tout, le « contentieux » demeure entre BBY et Manko, souligne L’As à sa Une. Ce journal cite Déthié Fall, un des responsables de BBY et vice-président du parti Rewmi : « Nous sommes prêts à nous sacrifier pour que la volonté populaire soit respectée », dit M. Fall.
« Mankoo Taxawu Senegaal » a rencontré la presse « pour dénoncer les résultats des élections du 30 juillet passé », que ses responsables « jugent frauduleux. Pour cela, écrit L’As, ils sont prêts à occuper le terrain et se sacrifier pour que la volonté populaire soit respectée ».
« Mankoo Taxawu Senegaal exige le départ du ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, accusé d’avoir saboté le scrutin de dimanche. Notant de +graves manquements+, Khalifa Sall et Cie contestent les résultats des urnes et demandent l’audit du fichier électoral dans les plus brefs délais ».
« Pour les leaders de Mankoo, c’est la victoire ou la mort », résume Le Témoin quotidien. « L’opposition et le pouvoir jouent les prolongations », renchérit Enquête, lequel quotidien rapporte que des partisans du maire de Dakar Khalifa Sall et de l’ancien président Abdoulaye Wade « se sont rencontrés hier au domicile de ce dernier à Fann ».
« Le temps des regrets pour l’opposition », note le même journal. « Mankoo Taxawu Senegaal » et la « coalition gagnante/Wattu Senegaal », dont Khalifa Sall et Me Wade sont les têtes de liste nationale, n’étaient « pas parvenus à dépasser leurs contradictions dans la conquête du pouvoir législatif », indique-t-il.
« Mankoo/Wattu Senegaal », la première coalition que les deux parties de l’opposition formaient avant la dislocation de celle-ci, « aurait pourtant pu faire des miracles », au vu notamment des résultats finalement enregistrés, analyse Enquête.
« Tout compte fait », si l’opposition « s’était présentée sous la bannière Mankoo Wattu Senegaal, elle n’en serait certainement pas à ergoter sur +sa+ victoire dakaroise, sa force à Thiès, son aura à Dagana, aurait survolé Touba (contestée par BBY), sauvé Abdoulaye Baldé à Ziguinchor, renforcé Diagne Fada à Darou Mouhty, et évité la déconvenue à Moussa Touré, Abdoul Mbaye et Cie », souligne le journal.
De cette rencontre entre partisans de l’ancien président de la République et l’édile de Dakar, le journal Le Quotidien tire la conclusion selon laquelle « Wade prépare la guerre avec Macky Sall et souffle sur des braises ».

BK/PON